Vous aviez eu envie de déménager depuis très longtemps? De commencer vos études/votre travail et de débuter en quelque sorte une nouvelle vie? Maintenant que le temps est finalement arrivé vous devez être heureux.se.s., mais… ce n’est pas le cas, et impossible de trouver une explication. Nous sommes là pour vous éclairer et vous rassurer!

  • Que ressentez-vous? Est-ce normal?

Les changements dans une vie peuvent être divers ainsi que variés et survenir de plusieurs manières. Parfois inévitables, ces changements affectent chacun différemment, qu’ils soient nécessaires ou non. Une personne peut très bien aimer les changements, tout comme quelqu’un qui ne peut les supporter. Mais, qu’est-ce le changement? C’est quelque chose qui modifie drastiquement ou non votre quotidien. Ici, ce ‘quelque chose’ est d’emménager seul.e. dans une autre ville, commencer ses études/son nouveau travail où vous ne connaissez personne. Pourtant cela fait des années que vous vouliez démarrer cette nouvelle facette de votre vie, en quelque sorte. Prendre votre indépendance, ne pas avoir à écouter aux règles que vos parents avaient instaurées chez eux. Tout vous semble chouette, mais maintenant que vous venez de commencer, vous ressentez tout sauf la béatitude. Vous faites face à plusieurs émotions telles que la tristesse, le stress, l’anxiété, l’angoisse, la solitude, l’isolement, oppression…

Petit point de différenciation :
L’anxiété et le stress sont deux choses distinctes.
Le stress est un état de tension psychique et/ou physique qui a une durée inconnaissable. L’anxiété est une anticipation négative non justifiée. Une crainte irrationnelle ou excessive du danger à l’avenir.

  • Pourquoi vous ressentez cela? Quand êtes-vous au plus mal dans la journée?

Le manque des figures d’attachement :

Il n’y a malheureusement pas qu’une seule réponse quant au pourquoi. Cela peut être dû au fait que vous êtes loin de vos deux figures d’attachement, vos parents. « Oui mais quand j’habitais chez mes parents j’étais dans ma chambre la plupart du temps, je ne les voyais presque jamais ». Vous n’êtes pas obligés de passer beaucoup de temps avec vos parents pour qu’ils vous manquent une fois que vous êtes physiquement loin d’eux. Quand vous viviez avec vos parents, vous saviez qu’ils étaient dans la pièce d’à côté, qu’ils étaient tout près de vous, même sans preuve visuelle. Dans votre nouveau logement en ville, vous ressentez le manque de ne pas avoir vos deux figures parentales auprès de vous, et cela est totalement normal. Nous sommes tous des êtres humains uniques et différents qui ressentent des émotions différentes qui sont interprétées différemment selon chacun.

Le matin et le soir, des moments plus sensibles :

Le matin et le soir sont deux moments dans la journée où vous vous retrouvez tout.e. seul.e. chez vous. Vous allez vous coucher, ou vous venez de vous réveiller mais dans tous les cas vous avez un petit instant de tranquillité où vous ne faîtes rien et où votre cerveau n’est pas occupé avec vos pensées. Vous voulez tout simplement être chez vous au calme où tout est silencieux et vous semble relaxant, jusqu’au moment où vous vous rendez compte que le silence de chez vous est tout sauf apaisant…

Une grande vague d’anxiété vient se poser sur vous dès votre réveil le matin, vous donnant aucune force ni d’envie. Elle vient enlever tout votre appétit, en vous rendant très faible. La tristesse s’ajoute à cela, parce que vous êtes affligé.e. par votre état, vous ne vous êtes jamais senti.e. comme cela et voulez la sécurité de vos parents qui en l’occurrence, vous manque terriblement. Vous regardez autour de vous dans votre logement et vous vous rendez compte que vous êtes bel et bien seul.e. . La solitude commence à intervenir, et peut être dévastatrice ainsi que très douloureuse quand elle est subie. Vous vous forcez tout de même à aller à l’école/au travail, et une fois là-bas, les émotions telles que l’anxiété, le stress (…) commencent à se dissiper de petit à petit. Vous rentrez une fois l’école finie/le travail terminé, et tout recommence; l’anxiété, la tristesse (…) viennent vous saluer dès que vous entrez chez vous, et s’agrippent à vous, rendant le ressenti de toutes ces émotions multipliées au soir.

  • Comment faire pour y remédier?

Admettre que vous n’êtes pas au top de votre forme. C’est normal de ne pas toujours aller bien, et il faut l’accepter afin de vouloir s’aider et recevoir de l’aide. Si vous sentez le besoin de pleurer pour évacuer votre tristesse, ce que vous ressentez, faîtes le. Chaque personne se débarrasse de ce qui les tracasse de différentes manières, mais une fois que vous aviez pu vous libérer, vous vous sentirez mieux et allégé.e. .

Occupez-vous. Essayez de trouver des choses à faire afin de ne pas laisser l’anxiété (…) s’installer. Si vous aviez un emploi du temps rempli et beaucoup de choses à faire, vous auriez moins de temps à penser à ce que vous ressentez.

Emmenez des objets de chez vos parents à votre nouveau logement. En ayant des objets qui vous font penser à vos parents et de leur maison chez vous va vous apaiser, réconforter et donner hâte de les revoir. Si vous décorez votre logement à votre manière, cela vous donnerait plus d’envie d’y vivre, d’y rester et de se sentir bien.

Entourez-vous de vos amis.es., si vous avez la chance d’être dans la même ville ou de ne pas être trop loin d’eux. Vous pouvez vous confier et leur dire comment vous vous sentez en ce moment, et peut-être qu’un de vos amis pourrait parfois rester dormir afin de vous sentir un peu plus rassuré.e.?

– Le dernier point et le plus important, c’est la notion de temps. Être pessimiste en disant que votre état ne va pas s’améliorer n’aidera aucunement votre situation. Il faut être optimiste même si c’est plus facile à dire qu’à faire, et être dans l’esprit « aujourd’hui est une nouvelle journée ». Laissez le temps faire les choses, il fait des miracles je vous assure.