Le passage de l’enfance à l’âge adulte est un moment de transition fondamental de la vie d’un individu. C’est une période qui rime avec transformations physiques et psychologiques, remise en question sur qui on est, sur l’image que l’on renvoie aux autres. C’est aussi un stade où le désir d’indépendance devient criant, on cherche à forger son identité, se détacher des figures d’attachement parentales et déterminer sa propre vie. L’adolescent, l’adulte qui se crée, ne va plus suivre un chemin tracé mais va alors le créer lui-même. C’est pourquoi, cette période de chamboulements est une aubaine pour y planter des graines saines, afin que puisse s’ouvrir un chemin rempli de sérénité. Et, une des graines que l’on peut continuer de cultiver toute sa vie, c’est bien la confiance en soi.

1- Le complexe de homard

Dans son livre, Françoise Dolto décrit le concept du complexe de homard, illustrant parfaitement cette transition délicate. Le homard change sa carapace au cours de son évolution. Durant cette période, il est très vulnérable et menacé par son environnement extérieur rempli de requins. Etant en danger, il doit se replier sur lui-même, se cacher sous les algues afin de se protéger et attendre que sa carapace repousse pour pouvoir refaire surface.

L’analogie avec l’adolescent se reflète bien ici. Durant sa transition vers l’âge adulte, l’adolescent perd sa carapace afin de pouvoir grandir, ce qui le rend alors plus vulnérable. N’étant pas familier avec ce monde d’adulte qui lui est inconnu, il est forcé de forger en lui des ressources nouvelles, qui lui permettent de devenir plus fort, responsable, autonome et confiant. Ainsi, en même temps qu’il développe ces ressources, sa carapace repousse et il peut alors faire face à ce monde d’adulte sans crainte et avec confiance.

2- En quoi cette période est-elle cruciale pour développer une solide confiance en soi ?

Ce concept démontre que cette période d’évolution est une étape cruciale pour pouvoir forger sa confiance en soi. En pleine construction, l’adolescent est comme une éponge face à tout ce qu’il l’entoure, étant en recherche de repères pour développer des fondations solides pour le reste de sa vie.

C’est pourquoi, l’environnement (social, familial, professionnel..) joue un role fondamental dans le développement de la confiance en soi de l’adolescent. En effet, selon Erik Erikson un psychologue américain, l’identité psychosociale de l’adolescent qui se crée à ce moment-là, serait déterminée par les situations vécues avec les autres, grâce aux significations qu’attribue le sujet à ces situations. Plus elles sont ressourçantes, plus elles contribuent à une valorisation de soi, de son image, et plus l’adolescent développera une meilleure confiance en soi. A l’âge adulte, celle-ci se démontrera par le fait de pouvoir assumer son identité, son histoire, avoir confiance en ses décisions et savoir entretenir des relations saines. Mais alors, comment faire pour la développer cette fameuse confiance en soi?

3- Quelques points-clés pour développer sa confiance en soi

Heureusement, on peut entretenir cette confiance en soi tout comme on peut entretenir son physique. Comme on fait du sport pour se muscler, on fait la même chose mais avec une activité qui se passe dans notre mental. L’avantage ici c’est qu’au moins, on aura pas de crampes à la fin de la séance.. ! 

Tout comme on s’engage à continuer nos efforts sportifs, on fait de meme pour les efforts mentaux ! Un seul et unique effort n’a jamais permis de changer quoi que ce soit. C’est bien la persévérance et la détermination qui amènent à de profonds changements ! Et, avec de l’entrainement, il sera de plus en plus facile d’inverser la tendance de notre cerveau à se focaliser sur le négatif, à développer des pensées plus positives.

Pour se faire, quelques conseils :

  • Agis. Tu ne peux pas développer ta confiance en toi si tu restes dans ta zone de confort. C’est effectivement plus agréable de faire toujours la même chose que d’essayer de nouvelles choses. Mais, on n’a jamais créé du nouveau avec de l’ancien. Tout comme on dit qu’il faut souffrir pour être belle, il faut sortir pour développer sa confiance en soi. Dehors, tu pourras faire face à de nouvelles opportunités et ainsi découvrir des nouvelles facettes de tes capacités, de ta personnalité, de tes préférences. Cela peut aller de tout simplement engager une conversation avec inconnu ou aller au restaurant tout seul, jusqu’à tester une nouvelle activité, comme le piano, le basketball, la musique ou carrément se réorienter professionnellement.. On dit que le succès est fait de petites victoires..! Puis, peu importe l’issue, du moment que tu réussis à passe la porte de sortie de ta zone de confort, c’est déjà une victoire. Et, tu peux déjà être fier de toi.
  • Rappelle-toi tes réussites. Prends un stylo et une feuille ou (exprime toi à l’oral) et liste toutes tes victoires, tes atouts, ce que tu aimes chez toi, afin de changer tes croyances limitantes et rappeler qu’en fait, tu en as des atouts et que tu en as vaincu des batailles. Cela peut sembler comme un exercice difficile pour certains, voir sembler inutile pour d’autres. Mais c’est un automatisme de pensées qu’on retrouve chez les personnes qui ont confiance en eux. Extérioriser ses pensées en les écrivant ou en les verbalisant ça permet de les clarifier. Tu peux faire cet exercice dès que tu te sens dans une période d’incertitude ou de perte de confiance et même l’intégrer dans une routine matinale.
  • Entoure-toi. Pour avoir un bon moral et entretenir une attitude positive, restes en relation avec tes proches, les membres de ta famille et tes amis qui savent te valoriser. L’amour et la reconnaissance qu’ils peuvent t’apporter sont fondamentales pour garder une bonne confiance en soi. A l’inverse, évite les personnes ou les situations remplies d’énergies négatives.
  • Sois patient. Développer sa confiance en soi peut être long et difficile, surtout lors de l’adolescence où la remise en question laisse peu de répit. Il est donc nécessaire d’être conscient que le temps est un point-clé fondamental, car oui tu agis mais il faut un certain temps pour que tes actions quotidiennes fassent leurs effets. De plus, s’engager et patienter c’est déjà une bonne partie du travail. Puis, en attendant tu peux tromper ton cerveau. Sache que les neurosciences ont découvert que ce sont les mêmes zones du cerveau qui sont activées quand on fait une chose et quand on imagine qu’on fait une chose. Le fait de sourire t’apportera naturellement des pensées positives et donnera plus de confiance en toi.

Alors, sourie et continue de persévérer vers ta quête car ce n’est pas la destination qui compte mais le voyage en lui-même.