Tu es toi-même fumeur, ou tu as un proche qui fume ? Alors tu pourrais bénéficier de la lecture de cet article ! On te partage de nombreuses informations sur le tabac que tu ignores sûrement et quelques astuces pour t’aider ou aider tes proches à enfin passer du côté non-fumeur.

Le tabac : devenu trop banalisé ? Lumière sur ce phénomène

D’après l’OMS, la plupart des consommateurs de tabac commencent avant l’âge de 18 ans et près du quart d’entre eux avant 10 ans. C’est une des raisons pour laquelle on parle de « maladie pédiatrique » pour désigner le tabagisme chez les jeunes. Sous ce phénomène, on ne peut ignorer le rôle central de l’influence sociale sur l’initiation à cette expérience.

Quand on est jeune, on est attiré par tout ce qui est interdit, nouveau, excitant. On pense beaucoup plus au plaisir et aux avantages que cette nouvelle expérience peut nous apporter, que ces conséquences. Parce que oui, on peut penser que tenir une cigarette entre ses mains peut nous rendre « cool », de « pouvoir papoter avec le groupe fumeur entre deux cours, à la sortie du lycée, de l’université », « faire comme les autres lors des soirées »…

Cela amène un sentiment d’appartenance à un groupe qui est sans aucun doute agréable. Mais, ce qui au début était juste un désir anodin de tester une nouvelle expérience, peut vite s’installer en nous comme une réelle addiction, car on oublie bien trop souvent les nombreux effets néfastes découlant de la dépendance à cette substance.

Le tabac : une réelle addiction

Le tabac est une réelle addiction, qui a des conséquences psychologiques, physiques, financières. La dépendance au produit va cependant dépendre de la durée de prise du produit, ainsi que de sa fréquence.

Une consommation importante de tabac chez l’individu entraîne une dépendance à la fois physique : au geste par exemple et à une dépendance physiologique, due aux récepteurs nicotiniques qui « se nourrissent » de la nicotine dans notre cerveau. Cela amène à vouloir en reprendre, une fois, deux fois et amène jusqu’à la dépendance au produit.

Nous pouvons également parler de la notion de « craving » ou autrement dit de dépendance psychique, qui signifie que la personne concernée ne peut plus s’imaginer vivre sans son objet d’addiction. Néanmoins, tu dois savoir que ce sentiment de dépendance, avec le tabac, ne dure que 3 minutes!

Outre la dépendance, la combustion du tabac génère des substances telles que : L’ammoniac, le goudron, le cyanure d’hydrogène, le benzène qui modifie l’ADN, et qui peut alors engendrer des cancers. Il est responsable notamment de près de 85% des cancers du poumon, et touche l’entourage que l’on peut nommer « des fumeurs passifs ».

Mais pas de panique, il est encore temps d’arrêter et de se débarrasser complètement des effets nocifs de la cigarette!

Soyez-en sur : l’arrêt du tabac est possible, grâce au sevrage tabagique. Le terme peut effrayer et être associé à des consonances parfois négatives, mais voilà de quoi éclaircir vos questionnements sur le sujet :

Le sevrage tabagique dure de quelques jours à quelques semaines. Il se définit par l’arrêt de la consommation de tabac, dans le but de s’affranchir de la dépendance induite et dure environ de 15 jours à 3 semaines.

En général les symptômes physiques de manque de nicotine apparaissent dans les 24h après l’arrêt, sont au maximum à 48-72h et l’essentiel s’atténue en 10-30 jours selon le niveau de dépendance, puis disparaissent après 6-8 semaines.
A noté que certains troubles peuvent apparaître selon les individus comme les troubles du sommeil (insomnie, sommeil agité), anxiété, prise de poids…

Comment arrêter de fumer ? 
 


– Être accompagné par un professionnel compétent : un psychiatre et/ou un psychologue, tabacologue, addictologue…

Dans les thérapies possibles, nous retrouvons notamment les thérapies comportementales et cognitives. Une psychothérapie qui se base sur la motivation, permet au patient de valoriser au mieux la démarche qu’il entame, lui offrir un accompagnement bienveillant, sans médicaments. C’est l’une des seules approches non-médicamenteuses dont l’efficacité est scientifiquement démontrée. Elle peut se faire en groupe ou en individuelle. Dans cette thérapie, l’important est de dédramatiser, de renforcer la confiance en soi sur le chemin parcouru et d’identifier des stratégies plus efficaces.

Elle permet également de mettre en place des stratégies d’évitement : les patchs, la cigarette électronique, les gommette à mâcher…


Ces stratégies peuvent être aussi utilisées seul(e) avec précautions.

Si ton objectif est d’arrêter seul(e), il est important de se fixer des objectifs atteignables, pour ne pas te décourager trop vite. Même si ton arrêt ne dure pas, la démarche est essentielle, ne sois pas être trop dur avec toi-même. Tu pourrais remplacer ce besoin irrépressible de fumer par un substitut plus sain :

  • Le sport
  • La lecture 
  • Le dessin

Si tu as une passion, qui te permets de réellement t’investir, n’hésite pas à t’y investir plus qu’en temps normal! Et si la gestuelle te manque, que tu as besoin d’occuper ta bouche, il y a toujours l’option du chewing-gum.

– Autres alternatives : il existe de nombreuses alternatives à la cigarette, telle que les gommes à mâcher, les sprays de nicotine… Qui sont souvent utilisés pour soutenir l’arrêt du tabac. Ces alternatives contiennent certes de la nicotine pour satisfaire les récepteurs, mais elles ne contiennent pas tous les composants toxiques et chimiques que comporte une cigarette. 


Dans le cas où une psychothérapie n’est pas accessible pour toi, il est tout aussi possible de se renseigner sur la plateforme : tabac-info-service.fr ou au 3989 où vous pourrez communiquer directement avec un(e) tabacologue, pour toi ou un proche. Ce numéro est accessible de 8h à 20h du Lundi au Samedi (appel non surtaxé).

• Une vie sans tabac, ça donne quoi ?

—> Dès 48 heures sans tabac :

La nicotine est expulsée de l’organisme en grande partie. Les terminaisons nerveuses commencent à se régénérer.

Les sens du goût et de l’odorat s’améliorent.

—> Dès 72 heures :

– La respiration devient plus facile 

– La capacité pulmonaire s’accroît. 

– L’énergie augmente.

Tu as maintenant certaines clés pour te motiver à arrêter de fumer, alors on veut plus entendre d’excuses, tu n’as plus qu’à te lancer !