Le projet de consulter un psychologue peut se heurter à la diversité d’orientations des psychologues, avec des termes souvent obscurs pour qui n’est pas du milieu. Quelle est la différence entre un psychologue et un psychanalyste, un psychiatre ? Quelles sont les orientations théoriques des psychologues, et qu’est-ce qu’elles signifient ? Voici un petit guide, sans doute pas exhaustif, afin de t’aider à y voir un peu plus clair et t’encourager à te lancer.

Professions liées à l’esprit humain

Tout d’abord, une petite note de vocabulaire : psychologue, psychothérapeute, psychanalyste et psychiatre ne sont pas les mêmes professions ! Ils s’intéressent certes tous à l’esprit humain, mais avec différentes approches, formations et techniques.

  • Psychiatre : médecin qui a suivi une spécialisation en psychiatrie, qui peut prescrire des médicaments (contrairement aux autres professionnels psy) ;
  • Psychanalyste : personne qui a réalisé sa propre psychanalyse auprès d’un psychanalyste reconnu et est inscrit dans une école psychanalytique ;
  • Psychothérapeute : cela peut être un psychiatre, psychologue… ou une personne d’une profession totalement différente qui a suivi une formation qui le rend apte à utiliser des psychothérapies = moyens utilisés pour travailler sur un trouble ou une difficulté psychologique (attention : un psychothérapeute n’est ainsi pas forcément psychologue) ;
  • Psychologue : doit avoir au moins un Master 2 en psychologie et s’appuie sur des psychothérapies selon sa spécialité : TCC, thérapie systémique, psychanalytique…

Les spécialisations des psychologues

De ce fait, au sein de la grande famille des psychologues, il existe divers domaines d’études (souvent choisis durant le Master) :

  • Psychologie du développement : spécialisée dans l’étude du développement des processus mentaux et des comportements tout au long de la vie, avec la possibilité de se concentrer seulement sur un âge (enfance, adolescence, vieillesse…) ;
  • Psychopathologie et psychologie clinique : renvoie à l’étude des troubles mentaux et leur prise en charge, et plus généralement des souffrances psychiques de la personne (anxiété, confiance en soi, deuil, questionnement identitaire, traumatisme…) ;
  • Psychologie de la santé : davantage orientée sur les conséquences psychologiques des maladies qui touchent le corps (par exemple oncologie, ou soutien des aidants) ;
  • Psychologie cognitive : étudie les structures mentales et le fonctionnement cognitif (par exemple la mémoire, le raisonnement, l’apprentissage, les émotions…) ;
  • Psychologie sociale : s’intéresse aux interactions sociales, au fonctionnement de l’individu et du groupe, des institutions ;
  • Psychologie du travail et des organisations : ces psychologues interviennent dans les organisations, sur les conséquences et les relations entre les individus et leur travail ;
  • Psychologie interculturelle : c’est l’étude des processus psychologiques en fonction des différences entre les cultures ;
  • Gérontopsychologie : s’intéresse aux processus psychologiques au cours du vieillissement sain et pathologie, s’adresse donc principalement aux personnes âgées ;
  • Neuropsychologie : le neuropsychologue s’attache à comprendre les relations entre le fonctionnement cérébral et psychologique (cela peut concerner les troubles des apprentissages comme les dys, des lésions cérébrales, l’épilepsie, les maladies neurodégénératives…) ;
  • Etc.

Il est intéressant de préciser qu’en fonction du diplôme de psychologue obtenu, le praticien peut choisir de se former à d’autres méthodes, adopter différentes approches théoriques ou encore combiner des emplois dans des structures totalement différentes (par exemple travailler en EHPAD et en cabinet libéral auprès d’adolescents).

Quelques orientations théoriques

Voici quelques orientations théoriques qui vont influencer les thérapies utilisées par les psychologues :

  • Psychanalytique : un psychologue d’orientation psychanalytique diffère d’un psychanalyste (par leurs formations), cependant tous deux utilisent la psychanalyse proposée par Freud puis développée par d’autres auteurs (Jung, Lacan, Adler…). La psychanalyse repose sur l’analyse de l’esprit, c’est une cure par la parole qui a pour objectif d’accéder à l’inconscient du patient et ses contenus refoulés. Elle s’intéresse en profondeur à l’individu et cherche souvent des explications dans l’enfance. En général, le patient a un discours assez libre et peu guidé, il suit ses pensées.
  • Thérapie Comportementales et Cognitives (TCC) : ces thérapies ont pour fondement des connaissances scientifiques et prouvées, avec pour objectif de travailler sur les comportements, les cognitions et les émotions dans le présent. Elles sont reconnues pour leur utilité pour le traitement des dépressions, troubles anxieux, phobies, addictions… Ce sont des thérapies assez cadrées, afin de traiter des problématiques psychologiques actuelles.
  • Systémique et familiale : ces thérapies s’intéressent à la compréhension globale du groupe et du milieu (le système), en considérant que les troubles psychologiques d’un individu peuvent être reliés à un dysfonctionnement du système auquel il appartient. Elles se penchent sur la communication et les caractéristiques des relations au sein du système (un groupe, la famille…).
  • Humaniste / existentialiste : cette approche s’appuie sur une vision positive et encourage le développement du potentiel de l’être humain. Elle accorde une importance au sens de l’existence, les valeurs et choix vers une réalisation de soi. On peut y retrouver différents courants, par exemple la logothérapie (sens de la vie, par Frankl), l’approche centrée sur la personne (qui valorise l’empathie, l’absence de jugement, l’authenticité… proposée par Carl Rogers).

Il existe aussi la psychologie intégrative, qui vise l’approche la plus globale et complète possible de la personne (son environnement, ses cognitions, comportements, relations…). Elle utilise de nombreux outils psychothérapeutiques et s’inspire de diverses approches théoriques (psychanalytique, TCC…), afin de pouvoir proposer à chaque patient la méthode qui lui correspond le mieux.

Les méthodes utilisées sont elles aussi légions : thérapie de pleine conscience (mindfulness), EMDR, médiation artistique (à travers le dessin, la musique, danse, théâtre…), etc. On peut avoir des thérapies individuelles mais aussi en groupe, souvent dans les institutions.

Pour conclure, j’espère que ce petit tour d’horizon t’aidera à te repérer un peu plus, en fonction de tes difficultés, valeurs et attentes, de selon si tu apprécies avoir un cadre bien défini ou au contraire pouvoir parler de ce qui te vient à l’esprit, etc. Evidemment, chaque psychologue a sa personnalité et sa façon de fonctionner ! Il pourra te guider et s’adapter à toi et, même si le courant ne passe pas ou que tu ne souhaites pas continuer avec lui, tu peux essayer d’aller voir un autre professionnel psychologue qui conviendrait mieux à ce que tu recherches. Lire la présentation des psychologues pourra également beaucoup t’aider : ils ont souvent un site internet où ils expliquent leur pratique et leurs méthodes.