« Si vous voulez que les autres soient heureux, pratiquez la compassion. Si vous voulez être heureux, pratiquez la compassion » – Tenzin Gyatso (Dalai Lama).

La thérapie fondée sur la compassion se développe depuis quelques années au sein des pratiques psychothérapeutiques et fait beaucoup parler d’elle. C’est pourquoi cet article te propose un zoom sur cette nouvelle thérapie émergeante.

Qu’est-ce qu’une thérapie fondée sur la compassion ?

La thérapie fondée sur la compassion, ou CFT (Compassion-Focused Therapy), a été proposée par Paul Gilbert au Royaume-Uni et est notamment portée par Pascal Delamillieure et Francis Gheysen en France. Cette thérapie est multidimensionnelle : elle s’appuie à la fois sur les thérapies cognitivo-comportementales (des thérapies étayées par une démarche scientifique) mais aussi la psychologie évolutionniste (qui explique la psychologie à partir de la théorie de l’évolution), la philosophie bouddhiste (qui comprend des pratiques de méditation) et les neurosciences (étude du système nerveux). La mindfulness (la pleine conscience), la compassion et l’acceptation sont au centre de la CFT.

La thérapie fondée sur la compassion – pour quel public ?

Cette thérapie s’adresse principalement aux personnes qui ressentent de la honte et de l’autocritique, souvent issues d’un traumatisme : vécu de maltraitances, harcèlement, lacunes affectives… Ce sont des personnes sur qui les autres approches thérapeutiques ne fonctionnent pas forcément, comme bloquées par la honte. La CFT offre une sécurité émotionnelle et met l’accent sur des pensées plus positives, axées sur la compassion et la bienveillance pour soi : passer de « Je sais que ce n’est pas de ma faute mais je me sens quand même coupable » à « Je peux être aimé pour ce que je suis ».

Individuelle ou en groupe, cette thérapie s’appliquerait également aux troubles dépressifs, anxieux, bipolaires, aux troubles des conduite alimentaires ou de la personnalité et enfin favoriserait la gestion du stress et des émotions.

Les objectifs sont les suivants :

  • Trouver des stratégies d’apaisement
  • Accéder à une position de sécurité
  • Porter un regard bienveillant sur soi-même, au lieu de la honte et de l’autocritique

Dans la CFT, la compassion est mise en œuvre d’abord par le thérapeute dans son attitude puis, au fil du travail thérapeutique, par le patient envers lui-même. Mais qu’est-ce que la compassion ?

La compassion

Pour Paul Gilbert, c’est le « fait de développer une sensibilité à sa propre souffrance et à celle des autres avec un engagement profond à essayer de la soulager et la prévenir ». Cela nécessite du courage afin de se confronter à cette souffrance pour ensuite chercher à y remédier.

Bonne nouvelle : la compassion se cultive ! Dans la CFT, elle est perçue comme un ensemble d’attributs spécifiques qui se travaillent. Les compétences liées à la compassion sont ainsi :

  • Recherche de bien-être : la motivation à alléger la détresse ;
  • Sensibilité : être capable de reconnaître les émotions et les besoins de la personne cible de la compassion ;
  • Sympathie : être émotionnellement touché par les sentiments et la souffrance de cette personne ;
  • Tolérance de la détresse : être capable de tolérer des niveaux d’émotions assez intenses plutôt que de les éviter, chercher à s’en distraire ou être dans le déni ;
  • Empathie : ressentir et comprendre les émotions et pensées de la personne, cela se travaille ;
  • Non-jugement : ne pas condamner, critiquer ou encore rejeter la personne.

La personne cible de la compassion peut être quelqu’un d’autre ou, tout simplement… soi-même.

Les bases théoriques de la thérapie

Selon des théories évolutionnistes, il existerait 3 systèmes de régulation des émotions, liés à des hormones spécifiques, qui sont en interaction :

  • Le système centré sur les menaces : il incite à cherche la sécurité par une prise de décision rapide pour échapper au danger et favorise ainsi la survie de l’espèce (adrénaline, cortisol). Il a un effet activant ou inhibant.
  • Le système centré sur les conduites : il pousse à la recherche de récompenses et à la satisfaction des besoins comme la nourriture, la reproduction, le plaisir… (dopamine). Il a un effet activant.
  • Le système centré sur l’apaisement et l’affiliation : lié à la gentillesse et la sécurité, la connexion avec autrui, il a un effet apaisant.

La TFC se centre sur ce dernier système, qui permet du bien-être et de l’apaisement, et se centre davantage sur l’« être ». Cela peut passer par des exercices de pleine conscience.

Associée à la pleine conscience

La pleine conscience, ou mindfulness, revient à porter son attention au moment présent, sans jugement. C’est une façon d’être présent et observer ses propres pensées, émotions et sensations physiques, mais aussi ce qui se passe dans le monde extérieur. L’objectif est de quitter le mode « pilote automatique » du quotidien : prendre consciences de nos ruminations (ressasser toujours les mêmes pensées pas forcément adaptées ou véridiques) et choisir sur quoi focaliser notre attention.

Comme dit précédemment, elle fait partie de la CFT et peut être intégrée dans des exercices. L’attention est encouragée à se focaliser sur des éléments plus positifs : l’acceptation et la bienveillance envers soi, avec la volonté de s’aider soi-même. Cela ne signifie pas pour autant que les éléments négatifs seront ignorés, mais simplement recontextualisés et diminués. Cela va permettre au patient d’envisager son image de lui-même avec davantage de compassion, plutôt que de se critiquer sans cesse, et d’avancer vers un changement.

Pour résumer, la thérapie fondée sur la compassion vise à développer et cultiver la compassion envers soi-même mais aussi les autres. Elle s’appuie sur des techniques de pleine conscience et peut ainsi faire partie de « boîte à outils » de certains psychologues. Alors, si jamais tu es amené à croiser un psychologue qui propose cette thérapie, tu auras une idée de ce que c’est !

Bibliographie :

  • Delamillieure, P., & Gheysen, F. (2017). Thérapie Fondée sur la Compassion (TFC) : Du concept à la pratique. Association Française de Thérapie Comportementale et Cognitive. Consulté sur https://www.aftcc.org/therapie-fondee-sur-la-compassion-tfc-du-concept-la-pratique
  • Delamillieure, P., & Gheysen, F. (2020). Pratiquer la mindfulness basée sur la Compassion et l’Insight (MBCI) en 34 fiches. Elsevier Health Sciences.
  • Gheysen, F. (2020). TFC : la Thérapie Fondée sur la Compassion. Francis Gheysen. Consulté sur https://www.francis-gheysen.com/therapie-compassion-tfc
  • Gilbert, P. (2009). Introducing compassion-focused therapy. Advances in psychiatric treatment, 15, 199-208. doi: 10.1192/apt.bp.107.005264