Le burnout, on en entend régulièrement parler depuis plusieurs années, et tout particulièrement chez les infirmières et professions axées sur le soin… mais savais-tu qu’il peut aussi toucher les élèves et étudiants ?

Le burnout étudiant

Devenir étudiant et entrer dans les études supérieures, c’est faire face à des changements : un nouveau rythme de travail, parfois un déménagement, devoir prendre son indépendance et devenir plus autonome… Nombreux sont les étudiants touchés par le stress et l’anxiété.

Un stress chronique, c’est-à-dire qui s’installe durablement (et plus seulement aux périodes d’examens), peut fragiliser. L’étudiant ou l’élève va lutter pour maintenir ses performances scolaires, sans parvenir à récupérer de façon efficace. Cela risque d’aboutir à un état d’épuisement, prédicteur du burnout. Mais qu’est-ce que c’est exactement ?

Le burnout étudiant se définit par trois composantes :

  • L’épuisement : avec le sentiment d’être débordé par le travail et l’envie de réussir malgré tout, il y a un risque qu’à force l’étudiant se sente épuisé émotionnellement et physiquement. La personne manque d’énergie et peine à retrouver sa dynamique.
  • Le cynisme, ou dépersonnalisation : ici, la personne touchée par le burnout va présenter un certain détachement, une irritabilité, peut aussi critiquer davantage son école, voire prendre ses distances avec les autres.
  • La réduction du sentiment d’efficacité : l’étudiant doute pouvoir réussir, se dévalorise.

Conséquences : l’étudiant en burnout risque alors de s’absenter, de décrocher, de ne plus s’investir suffisamment…

Des symptômes à surveiller

Les symptômes du burnout peuvent être autant mentaux que physiques ! On peut par exemple retrouver les symptômes suivants :

  • Emotionnels : fatigue psychologique, tristesse, irritabilité, sensation de vide, cynisme…
  • Cognitifs : diminution de l’attention et de la motivation, difficultés à mémoriser, perte du sens du travail…
  • Physiques : mal à la tête, difficultés à s’endormir ou réveils fréquents, douleurs aux articulations…
  • Comportementaux : apparition de conduites addictives (par exemple avec le tabac) ou de prises de risque

Comment l’éviter ou s’en protéger ?

Tu te sens dépassé par la charge de travail ? Tu t’es persuadé que tu ne vas pas y arriver ? Prends une minute pour souffler, tu en es capable. Ce n’est pas parce que tu as la sensation d’être submergé par le travail scolaire que tu vas finir en burnout ! Mais il est important de prendre soin de toi. Quelques idées pour te protéger du burnout :

  • La perception de la charge de travail

Un facteur de risque du burnout serait les exigences universitaires ou scolaires. Mais attention : la perception par l’élève des attentes scolaires a un plus grand impact que ces attentes en elles-mêmes ! Autrement dit, plus tu as la sensation de perdre le contrôle et penses ne pas pouvoir faire face, plus le stress et l’anxiété risquent d’augmenter. Alors respire : tu vas y arriver !

  • Le soutien social

Plus concrètement, il est aussi important de ne pas s’isoler. Malgré cette période de confinement, essaie de rester en contact avec les autres le plus possible. Tu peux par exemple proposer des appels ou des groupes de travail en ligne, pour vous motiver et vous entraider.

  • Garder une organisation

Attention aussi à l’évitement : ce n’est pas en fuyant le travail à faire que tu vas te sentir mieux, sur le long terme tu risques juste d’accumuler les choses à faire… Donc n’hésite pas à préparer un planning et à te fixer des dates butoirs (mais réalistes ! tu ne vas pas finir tous tes dossier en une journée).

  • Prendre du temps pour soi

Prendre du temps pour soi aussi est primordial. Tu peux par exemple lire un bon livre, faire du sport, de la méditation ou du yoga…

  • Soutien psychologique

Et, évidemment, si tu te sens mal, épuisé, incapable de réussir… n’hésite pas à faire appel à un psychologue. Un accompagnement psychologique peut être d’une grande aide, ne serait-ce que pour apprendre à gérer ton stress !

Tu es au bon endroit, si tu te sens concerné : l’association DiParadise peut t’apporter son aide. Voici le lien du formulaire pour bénéficier de l’aide psychologique : https://di-paradise.com/beneficier-du-soutien-psychologique/