On s’est déjà tous demandé si on avait suffisamment de motivation pour entreprendre ou continuer un travail, sans forcément avoir de réponses pertinentes. Et pour cause, la motivation est une notion assez complexe. Pour revenir brièvement sur son origine, le terme de « motivation » a fait son apparition aux États-Unis vers 1930. Ce terme a été tout d’abord utilisé dans le langage du marketing premièrement avant de s’étendre aux sciences humaines et notamment à la psychologie. La définition exacte de la motivation est difficile à cerner car en effet, d’après une étude réalisée en 1981, il existerait plus de 140 définitions de ce terme données par différents chercheurs (Roussel, 1996). Cependant, ce qui est communément retrouvé à travers ces définitions est que ce sont des  « les forces énergétiques qui, chez les individus, les poussent à se comporter de certaines manières et les forces qui souvent déclenchent ces conduites », en d’autres termes c’est cette dépense d’énergie qui nous pousse à réaliser un but.  On se demandera alors si toutes les motivations sont utilisées au travail et s’il est possible de les mesurer.

Qu’est-ce que la motivation au travail?

La motivation est une déterminante à la réussite et la pérennité de son travail. En effet, l’un des critères les plus recherchés lors d’un entretien d’embauche après les qualifications sont les motivations des individus. Depuis de nombreuses années, une lettre de motivation est demandée lors d’entretiens d’embauche afin de juger si la personne est assez motivée pour travailler dans l’entreprise.

Claude LEVY-LEBOYERdéfinit la motivation au travail comme la «  motivation qui peut être décomposée en 3 étapes qui se définissent dans le cadre des actions visant la poursuite d’un résultat donné, donc d’une performance :

  1. Le choix de l’objectif ou encore l’acceptation par l’individu d’un objectif qui lui est assigné
  2. La décision, souvent implicite, qui concerne l’intensité́ de l’effort que cet individu va consacrer à atteindre cet objectif  
  3. La persévérance dans l’effort au fur et à mesure qu’il se déroule et en fonction des retours d’information sur ses résultats par rapport à l’objectif à atteindre.

En d’autres termes, être motivé, c’est essentiellement avoir un objectif, décider de faire un effort pour l’atteindre et persévérer dans cet effort jusqu’à ce que le but soit atteint».

Deux grands facteurs de la motivations sont observables. La motivation intrinsèque et extrinsèque. La motivation intrinsèque est propre à chaque individu et l’action réalisée par intérêt et plaisir sans attente de récompense.

Les trois besoins de la motivation intrinsèque sont :

  • Le besoin de compétence
  • Le besoin de détermination
  • Le besoin d’appartenance sociale

La motivation extrinsèque :

  • Est provoquée par l’extérieur, donc non propre à l’individu
  • On agit dans le but d’avoir une récompense ou faire plaisir à autrui et non pas pour le plaisir et la satisfaction de réaliser l’action.

Les types de motivation au travail

Il faut savoir qu’il existe plusieurs types de motivations au travail plus spécifiques.

  • En effet on peut parler de motivation finale qui vise un but. Pour cette motivation seul le résultat de l’action compte.

On retrouve ces motivations dans certaines entreprises qui veulent dominer un marché car en effet cette motivation donne rapidement des résultats positifs à l’action.

Néanmoins des points négatifs à cette motivation sont observables ; en effet moralement humainement et juridiquement ; les conséquences sont négatives.

  • Il existe également la motivation de survie utilisée dans le monde animal majoritairement. Elle stipule que la survie passe avant toute chose et est source de motivation (également chez l’Homme).

Quand l’entreprise s’ouvre, cette motivation est généralement utilisée. La motivation de survie. Peut être assez stressante.

  • La motivation instrumentale concerne la manière de travailler. La perfection dans un domaine au travail consistant à la récompense de cette motivation. Grâce à elle le développement de techniques voit le jour.
  • La motivation obsessionnelle qui comme son nom l’indique est une obsession. Elle nous oblige à donner tout ce que l’on a afin d’atteindre un but en soi. Cette motivation est présente chez les sportifs de haut niveaux par exemple.
  • De manière plus générale, nous pouvons être motivé par une envie, un objectif ou encore une idéologie qui a du sens pour nous. En effet, lorsque l’individu se trouve face à une situation qu’il trouve logique, il va forcément être plus motivé.
  • Pour finir, nous sommes plus motivé au travail lorsque l’on étudie ou exerce un métier dans un domaine qui nous passionne. Les préférences engendrent une forte motivation chez le sujet.

Comment évaluer la motivation au travail ?

Le Job Description Index (Smith, Kendall, Hulin) est un test de 72 items  regroupant cinq facettes qui sont le travail, les rémunérations, les promotions, les supérieurs et les collègues. Ce test permet de mesurer le niveau de satisfaction et de motivation à un travail. Il est régulièrement utilisé aux États Unis.

N’hésitez pas à consulter ce test :   http://homepages.se.edu/cvonbergen/files/2012/12/A-Measure-of-Job-Satisfaction1.pdf

D’autres chercheurs comme Francès qui a repéré treize facettes comme le sentiment d’estime, la sécurité de l’emploi ou encore le sentiment de prestigeont réalisé des tests.

Il existe donc bien une multitude de test visant à mesurer la motivation des individus. Lorsqu’on analyse les différentes facettes de tous ces tests on se rend compte que la notion de besoin, que ce soit un besoin matériel, psychologique ou encore physique est énormément présent.

Bien qu’il existe comme énoncé ci-dessus plusieurs types de motivations se trouvant dans la motivation intrinsèque ou extrinsèque; chaque personne est propre à avoir un certain type de motivation qui peut, varier  avec le temps, l’expérience, l’époque ou encore l’humeur.

Certaines entreprises peuvent entreprendre des stratégies de motivations afin d’embaucher des personnes possédant un certain type de motivation jugé utile au bon fonctionnement de celle-ci. D’où la présence de tests vu dans la partie précédente présenté lors d’un entretien d’embauche.

Les points négatifs de ces tests sont la désirabilité sociale et la difficulté à cerner l’individu car en effet, un état motivationnel est difficile à identifier.

Pour conclure, la motivation au travail est un sujet très vaste englobant plusieurs types de motivations. En effet en fonction de chaque individu, un certain type de motivation sera présent. De plus les entreprises de nos jours tendent à sélectionner leurs employés lors d’entretiens d’embauches de façon plus stratégique en leur faisant passer des tests leurs permettant de savoir quels types de motivations ces individus possèdent pouvant leurs être utile au bon fonctionnement de l’entreprise. Nous avons pu voir que la motivation intrinsèque prône la motivation au travail bien que celle-ci soit fortement corrélée avec la motivation extrinsèque. Il est possible de mesurer la motivation grâce à de nombreux tests présents actuellement, néanmoins on ne pourra jamais vraiment calculer exactement le degré motivationnel des individus.

Je vous redirige vers un autre article du magazine très intéressant concernant la motivation à étudier et réviser seul :

Comment se motiver à étudier et réviser seul?

Bibliographie

Alex Mucchielli, A. M. (2015). Les motivations (10ème éd.). Paris, France: Puf.

Edward L Deci, E. L. D., Richard Koestner, R. K., & Richard M. Ryan, R. M. R. (1999, 17 février). Review of Experiments Examining the Effects of Extrinsic Rewards on Intrinsic Motivation. Psychological Bulletin, 125(6), 627–668.

Forest, V. (2008). Rémunération au mérite et motivation au travail : perspectives théoriques et       empiriques pour la fonction publique française. Revue Internationale des Sciences     Administratives, vol. 74(2), 345-359. doi:10.3917/risa.742.0345.

Fabien Fenouillet, F. F. (2017). La motivation (3ème éd). Paris, France: DUNOD.

Salvatore Maugeri, S. M. (2004). Théories de la motivation au travail (Ed. rev.). Paris, France: DUNOD.

Theresa M Amabile, T. M. A., Karl G Hill, K. G. H., Beth A Henessessy, B. A. H., & Elizabeth M Tighe, E.

T. (1994, 9 novembre). The Work Preference Inventory: Assessing Intrinsic and Extrinsic

Motivational Orientations. Journal of Personality and Social Psychology, 66(5), 950–967.