Dans cet article, nous allons parler du trouble de stress post-traumatique (TSPT) et tenter de donner une description concise et claire de ce qu’est ce trouble. Il est important d’en parler car il peut surgir selon différents critères que nous allons mettre en lumière aujourd’hui. Les agressions de tous types, actes de malveillance, violences sont devenus en quelque sorte «banalisés».

Définitions

Les troubles de stress post-traumatique sont « des troubles psychiatriques qui surviennent après un événement traumatisant . Ils se traduisent par une souffrance morale et des complications physiques qui altèrent profondément la vie personnelle, sociale et professionnelle ». Ils peuvent survenir suite à un traumatisme de toute nature pour tout type d’individu, peu importe son âge ou son sexe, qu’on en soit victime ou témoin. 

Aussi, il est important de définir l’événement traumatique « un événement est traumatique lorsqu’une personne s’est trouvée confrontée à la mort, à la peur de mourir ou à de graves blessures, ou lorsque son intégrité physique ou celle d’une autre personne a été menacée. Cet événement doit également provoquer une peur intense, un sentiment d’impuissance, ou un sentiment d’horreur. » (American Psychiatric Association, 1994). 

Les différentes catégories d’événements traumatiques :

1. Les catastrophes naturelles : tempêtes, inondations, feux imprévus, tremblements de terre, ouragans… 

2. Les accidents causés par l’erreur humaine ou technique : accidents de la route, crash d’avion, explosions… 

3. Les actes de violences interpersonnelles : viol, abus, agressions, attentats, guerre, braquage, captivité, torture… Ces actes sont les plus propices à engendrer des états de stress post-traumatique, davantage s’ils concernent un enfant. 

Ces événements vont cependant amener une réaction différente selon l’individu même lorsqu’il s’agit d’un événement similaire. Cela va dépendre de nombreux facteurs comme l’état psychique de l’individu, sa personnalité ainsi que le contexte dans lequel se présente l’événement potentiellement traumatique. Il est donc important de noter que ces événements ne provoquent pas de manière systématique un état de stress post-traumatique. 

Ces types d’événements traumatiques vont amener chez le sujet différentes manifestations, différents symptômes, l’important n’est pas l’événement en soi, mais la raisonnance qu’il aura pour le sujet, la manière dont-il va le vivre. 

Les symptômes cliniques du TSPT sont classées en quatre catégories :

1. Les symptômes d’intrusion : les intrusions se font sous forme de visualisations non-intentionnelles et spontanées de souvenirs ou des cauchemars dont le thème est lié au traumatisme. Le traumatisme est revécu par le sujet de manière répétée lors de « flash-backs » de visualisations brèves, soudaines et réalistes de l’événement traumatique.

2. Les symptômes d’évitement : ils font référence aux efforts conscients mis en œuvre par le sujet traumatisé pour éviter les souvenirs, ou autres activités qui peuvent lui rappeler le traumatisme vécu. 

3. Les symptômes d’altération de la conscience (pensée et croyances) et de l’humeur : l’altération de la conscience peut dans certains cas amener à un manque de confiance envers autrui « il est impossible de faire confiance », ou des peurs exagérées « il peut m’arriver quelque chose à chaque instant », tandis que les humeurs négatives comprennent la peur, la colère, la culpabilité, la honte… 

4. Les symptômes d’altération de l’état de vigilance et de la réactivité : les états de vigilance altérés comprennent l’hypervigilance, l’incapacité à se concentrer, l’irritabilité, un sommeil de mauvaise qualité, des insomnies et des réactions de sursaut exagérées. 

De quelle manière se fait la prise en charge ? 

Tout d’abord, il est essentiel de dire que ce trouble peut s’en aller, une personne ayant ce trouble peut tout à fait s’en débarrasser.

Différentes aides sont proposées, le stress ainsi que l’anxiété nécessitent une prise en charge rapide et efficace apportée par des professionnels de santé. Les psychothérapies permettent à la personne souffrant d’un stress post-traumatique de guérir complètement : 

– Les thérapies cognitivo-comportementales qui ont pour but d’aider à mettre en place des techniques diverses : Méditation, relaxation, exposition progressive et aide aussi à modifier les croyances et pensées qui créent de la détresse chez l’individu. 

– L’EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing) : Les souvenirs perturbants identifiés sont ensuite retraités, un à un, lors des séances, à l’aide des stimulations bilatérales alternées. Il faut parfois plusieurs séances pour traiter un seul souvenir. Pour les enfants, selon leur âge, le traitement EMDR peut se faire en présence de leurs parents.

Excepté les psychothérapies, il existe différentes techniques pour pouvoir alléger ses symptômes en autonomie :

– La relaxation

– La méditation

– Contrôle de la respiration : Cliquez ici

– Se ressourcer et se recentrer sur soi pour essayer de passer au-delà des pensées négatives.

– L’écriture pour évacuer les maux : Cliquez ici

Il existe également une prise en charge médicamenteuse selon les besoins du patient et la nécessité, à l’aide d’un médecin ou d’un psychiatre qui permettent de soulager le stress et l’anxiété et les ruminations qui sont souvent associés au traumatisme.

Enfin, comprenez qu’il s’agit d’un trouble, mais que tout le monde peut s’en sortir, rien n’est impossible !

Références bibliographiques : 

Sabouraud-Séguin, A., & Kedia, M. (2020). AIDE-MEMOIRE – PSYCHOTRAUMATOLOGIE – 3E ED : en 51 notions (Aide-mémoire). DUNOD. 

Troubles du stress post-traumatique. (2020, 23 novembre). Inserm – La science pour la santé. 

Trouble de stress post-traumatique (TSPT). (s. d.). l’Encyclopédie Canadienne. Consulté le 13 janvier 2021. 

Lopez, G. (2020). Traiter les psychotraumatismes. Dunod. 

Qu’est-ce que l’état de stress post-traumatique (ESPT) et comment le soigner. (2021, 11 janvier). Apprendrela Psychologie.