« Lorsque nous avons un animal de compagnie la vie nous semble moins triste. » – Amy Softpaws

Aujourd’hui en France, plus de la moitié des foyers ont un animal de compagnie. Que ce soit pour se maintenir en forme physiquement (grâce aux jeux et aux promenades par exemple), pour égayer le quotidien ou encore pour responsabiliser les enfants, les animaux sont une grande source d’enrichissement mais également de soutien émotionnel et social, tant pour les personnes en difficultés que pour n’importe qui d’autre.

1- Soutien émotionnel : un anti-stress efficace

Il existe de nombreuses études qui désignent les animaux comme des « éponges émotionnelles », avec un effet catalyseur de tous nos ressentis. En effet, c’est un compagnon de tous les jours, auquel on peut confier ses angoisses ou ses problèmes du quotidien sans crainte d’être jugé en retour. Par exemple, de nombreux enfants parlent à leur animal de compagnie, qu’ils considèrent comme un véritable ami et confident, et à qui ils peuvent exprimer ce qu’ils ressentent dans les moments difficiles, plus naturellement qu’avec un adulte.

Et si certaines personnes ne sont pas à l’aise avec l’idée de converser avec leur chat ou leur chien (ou autre !), le simple fait de les caresser permet de s’apaiser et de décharger un trop-plein d’émotions négatives. De plus, cela aurait une action directement physiologique, avec une diminution du rythme cardiaque et respiratoire, avec également un impact positif au niveau du stress. Ainsi, il y aurait finalement une baisse des tensions accumulées, et donc une sensation de détente et d’apaisement. De plus, certaines études montrent que le ronronnement du chat favoriserait la production de sérotonine, qui est l’hormone du bonheur et favorise la relaxation et le sommeil.

Enfin, certains animaux ressentent également la tristesse et le stress de leur maître, et vont venir chercher des caresses dans le but de les réconforter.

2- Soutien social : une présence contre la solitude

Avoir un animal chez soi, c’est toujours avoir une présence à ses côtés, ce qui diminue le sentiment de solitude. Il y aura ainsi un effet positif sur le moral, notamment chez les personnes âgées, qui se retrouvent souvent isolées. De plus, s’occuper d’un animal permet de penser à autre chose qu’à ses problèmes personnels, du moins pendant un temps. Par ailleurs, les animaux de compagnie peuvent être d’un grand soutien psychologique lors de changements ou de pertes importantes.

On peut ajouter qu’il existe un effet valorisant à s’occuper d’un animal, dans le sens où cela oblige à avoir un certain nombre de valeurs et à prendre les responsabilités nécessaires pour pouvoir en prendre soin convenablement.

Enfin, promener son chien va non seulement forcer le propriétaire à sortir et à marcher, et donc à conserver une forme physique, mais va également lui permettre de nouer des contacts avec d’autres personnes, par exemple celles qui promènent également leur chien dans le même quartier ou dans le même parc, et qu’on finit par rencontrer presque chaque jour.

3- Meilleure santé physique et mentale, à condition que ce soit une décision mûrement réfléchie

De manière générale, on observe que les personnes qui ont un animal de compagnie sont plus heureuses, moins anxieuses, plus extraverties, ont une meilleure concentration, une meilleure estime de soi, bref elles semblent être en meilleure forme tant physiquement que mentalement.

Toutefois, il est important de préciser que s’occuper d’un animal demande du temps, de l’argent et une certaine disponibilité. Ainsi, on n’adopte pas un chien ou un chat sur un coup de tête, c’est une décision qui doit être prise en prenant en compte tous les paramètres. En effet, adopter un animal de compagnie pour ensuite l’abandonner parce qu’on est plus capable de s’en occuper serait d’une grande cruauté en plus d’être contre-productif.

4- Les animaux de soutien

Historiquement, il y a déjà eu de nombreuses reconnaissances de l’utilisation des animaux pour aider à traiter un certain nombre de troubles mentaux, notamment Sigmund Freud qui a remarqué que son chien apaisait ses patients et permettaient aux enfants de parler plus facilement, ou encore le pédopsychiatre Boris M. Levinson, qui a été le pionner de la zoothérapie dans les années 60.

En dehors du cadre purement thérapeutique, il existe aujourd’hui des animaux dit « de soutien », qui par leur seule présence vont permettre de rassurer et de tranquilliser les personnes qui souffrent d’anxiété ou de dépression. Ainsi, ils fournissent une aide aux personnes souffrant d’un handicap psychiatrique, psychique ou sensoriel, en leur apportant un soutien psychologique et émotionnel important dans de nombreuses situations de la vie quotidienne.

Finalement, les animaux de compagnie nous accompagnent depuis la nuit des temps, et ce pour une bonne raison. En effet, ils ont la capacité de nous apporter un réel soutien moral et émotionnel, du simple fait de leur présence à nos côtés. De plus, c’est un acte noble et valorisant d’aider un animal en échange, par exemple en se rendant dans un refuge pour adopter un compagnon à quatre pattes qui nous correspond.